Jorge Mendes, le roi des agents, en pleine tourmente

Discussion dans 'Football' démarrée par nino42, 5 Décembre 2016.

  1. nino42

    nino42 Fondateur Membre de l'équipe Administrateur

    Messages :
    8 177
    "J'aime" reçus :
    72
    Points de Trophée :
    48
    L’agent le plus influent de la planète, qui a aidé sept stars du foot à dissimuler 185 millions d’euros, a bâti un petit empire à la rentabilité inouïe. Flou des contrats, faible gouvernance, accords troubles : les méthodes de son groupe Gestifute sont épinglées dans un audit confidentiel qui figure dans les documents Football Leaks.

    Jorge Mendes est un homme généreux. En avril dernier, il a décidé de partager ses secrets dans un livre intitulé Mes clés pour réussir dans le football (éditions Talent Sports). Le super agent portugais, âgé de 50 ans, y a oublié un chapitre, qu’il aurait pu intituler « Comment j’organise l’évasion fiscale de mes clients ». Sans les révélations issues des documents Football Leaks, analysés par Mediapart et ses partenaires du réseau de journalistes d’investigation EIC, personne n’aurait jamais rien su de la face noire de Jorge Mendes, qui a aidé ses principaux clients, dont le joueur Cristiano Ronaldo, à dissimuler 185 millions d’euros dans des paradis fiscaux (lire nos enquêtes ici et ).

    Par pudeur sans doute, Mendes n’évoque jamais les questions financières dans son « autobiographie », en fait écrite par deux auteurs, Miguel Questa et Jonathan Sanchez, qui dès le début vont à l'essentiel : « Costume trois pièces, cravate élégante, chaussures impeccables, parfum envoûtant, coupe de cheveux parfaite, trois portables dans la main et une oreillette toujours incrustée dans l'oreille. » Il manque un élément « fondamental » : son regard. Des yeux qui « ont fait succomber des stars mondiales », qui « vous transpercent au-delà de la rétine ».
    [​IMG]
    Jorge Mendes, 50 ans, est l'agent de footballeurs le plus puissant du monde © Reuters

    Désigné « meilleur agent du monde » par ses pairs durant six années consécutives, de 2010 à 2015, l'homme est un système à lui tout seul. Il connaît les clubs, les joueurs, les investisseurs qui paieront si les clubs n'ont pas l'argent, et les montages financiers qui feront des miracles. Même « si une équipe veut vendre un joueur qui n'appartient pas à l'écurie Jorge Mendes, elle peut l'appeler pour trouver une solution », indique le livre. Non pas que Mendes connaisse la solution : Mendes EST la solution, et le costume trop étroit de l'agent ne lui convient plus. « La définition la plus correcte serait directeur sportif au niveau global », glisse son livre. Ou Jorge Ier, l’empereur du foot.

    Il a joué ce rôle de directeur sportif de fait à Madrid (à l'Atlético et au Real, où son influence a fini par attiser des tensions dans le vestiaire), ainsi qu'à Monaco ou au Besiktas, le club turc qui lui a pris six joueurs en un an. Il est copain avec Peter Lim, le milliardaire singapourien que Mendes a aidé à acquérir Valence. Le club espagnol a – pur hasard – acheté par la suite quelques joueurs de l'écurie Mendes. Et Peter Lim a gentiment aligné 74,7 millions d’euros pour racheter les droits à l'image de Cristiano Ronaldo, moyennant un sulfureux montage fiscal qui a permis à la superstar d’éluder 31 millions d’euros d’impôts (lire notre enquête ici).

    Depuis ses bureaux de Porto, siège de sa société Gestifute, Mendes a bâti un petit empire à la rentabilité inouïe. Selon un audit confidentiel réalisé par le cabinet Price Waterhouse Cooper, qui figure dans les documents Football Leaks, le groupe Gestifute a engrangé 37,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014, pour un résultat d’exploitation de 27,6 millions d’euros. Soit une marge de 73 %, plus de deux fois supérieure à celle d'Hermès, le groupe de luxe le plus rentable au monde. De quoi conforter les mauvaises langues qui considèrent les agents comme des opportunistes du foot, payés des fortunes pour le simple fait de mettre en relation les clubs et les joueurs. D’autant que Mendes sait aussi optimiser ses impôts : les dividendes que lui verse Gestifute (12,7 millions en 2014) atterrissent dans sa holding personnelle, Start BV, immatriculée aux Pays-Bas.

    Mais si l'on en croit son livre, le super agent n'est qu'une personne « comme il y en a des millions », qui « vit de son travail et de son amour des choses bien faites ». Il est aussi « coquin et blagueur », alors qu'il reçoit un « niveau de stress incroyable pour un seul corps ». Gâté par la nature, l'homme est également équipé d'un cerveau qui fonctionne à « un rythme impensable », notamment pour « calculer des commissions ». Et son cœur ? « Dans le cœur de Jorge, il y a plus de cent clients répartis sur toute la planète. » Oui, c'est avec le cœur qu'il travaille. Et l'oreille, bien sûr. « Il manie les téléphones comme Lucky Luke les pistolets, dit Carlos Freitas, directeur sportif de la Fiorentina, longtemps aux manettes du Sporting Lisbonne. Si j'avais un cadeau à lui faire, ce ne serait pas un portable mais une oreille neuve. »

    Mendes a un autre principe : « Sa parole est son engagement. » L’intéressé confirme : « Pour moi, les contrats ne représentent rien. […] Si ça ne tenait qu'à moi, les contrats FIFA n'existeraient pas. » Alors même qu’ils sont obligatoires entre joueurs, clubs et agents avant toute négociation de transfert.

    La méthode a désarçonné les avocats des cabinets ABBC (Portugal) et William Fry III (Irlande), chargés en 2015 par le conglomérat chinois Fosun d'un audit confidentiel sur son groupe, qui figure dans les documents Football Leaks. Sa société, Gestifute, « confirme qu'ils ne signent généralement aucun contrat » de représentation. Mais les avocats notent que les risques sont « faibles » : un avertissement, une amende, ou le retrait de la licence d'agent (qui n'est aujourd'hui plus exigée). Rien de bien effrayant avec une FIFA peu regardante.

    Les avocats sont également restés perplexes en examinant les deals de droits à l’image entre les sociétés irlandaises du groupe Gestifute et les coquilles aux îles Vierges britanniques des stars de l’écurie Mendes – celles-là mêmes qui ont permis de dissimuler 185 millions d’euros (lire notre enquête ici). « Dans beaucoup de cas, les arrangements sont faits avec une contrepartie un peu opaque » et « relativement exotique », note l’audit. Même flou autour des contrats, « dans de nombreux cas mal rédigés » et manquant de références au point qu'il faut « une explication verbale pour comprendre comment les arrangements commerciaux fonctionnent ».

    Quant à la gestion de Gestifute, elle semble du niveau de l'épicerie de quartier. Les conseils d'administration sont « pauvres en contenu », le quorum n'est pas toujours atteint et le boss n'a même pas de contrat de travail avec Gestifute et Polaris, ses entreprises de fait. « C'est contraire à la loi », préviennent les avocats, un poil désabusés : « On aurait pu penser que le rôle de M. Mendes serait correctement défini, puisqu'il est la principale source de revenus des sociétés irlandaises. » Pas naïfs pour autant, les juristes « doutent » que certaines réponses fournies par Gestifute soient « exactes ». Et ils n'ont pas eu accès aux contrats avec les footballeurs, le cœur de l'activité.

    Cet audit n’a pas empêché son commanditaire, le conglomérat chinois Fosun, d’acheter 15 % du capital du groupe pour 18 millions d’euros. Il faut dire que le business Mendes est fort alléchant. L’agent portugais a d’abord fait une razzia sur son marché domestique. Dans un document confidentiel, il se vante d’avoir orchestré, sur l’ensemble de la décennie 2001-2010, 68 % des transactions (en valeur) des trois plus gros clubs portugais (Benfica, Sporting, Porto) pour un total de 535 millions d'euros.

    « L'agent le plus puissant du monde »
    Lors du mercato 2013, il réalise 130 millions de transferts rien qu'avec le club de l’AS Monaco, réorganisé de fond en comble sous sa houlette. C'est que pour l'ASM, où il est revenu en 2015 pour le transfert d'Anthony Martial à Manchester United (80 millions d'euros), il a un attachement particulier. Quelques supporteurs monégasques se souviennent du dénommé Costinha, arrivé à Monaco en 1997 : alors méconnu, il s'avéra brillant, et on peut en féliciter Mendes, dont c'était l'un des premiers gros coups. À l’époque, il avait « des cheveux pleins de gel », selon Costinha. Heureusement, ajoute le joueur, « il a amélioré son look à mes côtés ».

    Mais pas que son look. En 2002, il récupère l’homme qui va faire sa fortune : un jeune de 17 ans nommé Cristiano Ronaldo, alors en contrat avec un autre agent. La légende veut qu'il ait convaincu sa mère, Dolores, en lui promettant de bien s'occuper de son petit. Il tient parole, le faisant signer à Manchester United en 2003, pour 17 millions d'euros. Puis au Real en 2009, pour 94 millions, record de l'époque. L'agent devient mythique, surtout qu'il a une autre carte maîtresse : l’entraîneur vedette José Mourinho, qu'il fait passer du FC Porto à Chelsea en 2004, puis au Real en 2010.
    [​IMG]
    Jorge Mendes et son poulain Cristiano Ronaldo, qu'il a pris en charge à 17 ans © Reuters

    En 2014, le quotidien britannique The Guardian se demande s'il est « l'agent le plus puissant du monde ». C'est l'année où il expédie le Colombien James Rodriguez de Monaco au Real (80 millions) et l’Argentin Angel Di Maria du Real à Manchester United (84 millions, selon son « autobiographie »), plus grosse vente pour un club espagnol, plus grosse plus-value du Real, plus gros investissement de la Premier League à l'époque.

    Il participe aussi à l'arrivée du Français Eliaquim Mangala à Manchester City, plus gros transfert de l’histoire pour un défenseur (54 millions). Selon le magazine américain Forbes, qui l'a classé numéro 2 des agents « les plus puissants du monde » en septembre 2016 (tous sports confondus), il aurait négocié en un an pour 680 millions d'euros de contrats, avec 68 millions de commission.

    Le talent de Jorge Mendes est qu’il sent comme personne là où prospère l’argent. À la suite de l’entrée de Fosun à son capital cette année, l'homme qui jongle avec les langues (français, portugais, espagnol, anglais) se met au mandarin. Car la Chine veut devenir, à coups de milliards, la première puissance du foot mondial.

    Fosun et Gestifute ont déjà signé un accord de collaboration avec le Benfica de Lisbonne. L'eldorado chinois excite Luis Correia, un des boss de Gestifute et neveu de Jorge Mendes : « On ne peut pas se rater, ce sera notre référence pour promouvoir les relations entre des sociétés chinoises et des clubs de football. Tous les autres vont nous suivre », écrit-il dans un mail de février 2016 issu des documents Football Leaks. D'après Correia, l'accord avec le Benfica peut « facilement être répliqué », le Real Madrid, Monaco ou l'Inter Milan « sont déjà enthousiastes ». Bref, Mendes se voit déjà comme l’agent des plus grands clubs européens en Chine. De quoi « générer un bon flux de revenus ».

    La monnaie commence déjà à rentrer, puisque Mendes a servi d'intermédiaire dans le transfert de Jackson Martinez de l'Atlético Madrid à Guangzhou Evergrande, pour 42 millions d'euros, selon son livre. Parmi les projets évoqués dans les mails internes de Gestifute, il est aussi question d'échanger des joueurs avec Jeff Shi, le patron opérationnel de Fosun, de lancer une télé, de faire du e-commerce, ou de créer des académies de foot en Chine, pendant que le Benfica construirait un hôpital « près de leur Académie ». Et bien sûr, on montera « des projets solides autour de Cristiano » Ronaldo, ainsi que des camps d'entraînement avec José Mourinho.

    Mendes a certes du cœur et de l'oreille, mais surtout du pif. Il « ne dirige pas le mercato, il crée le mercato », indique son livre. Quand l'argent « passe d'une main à une autre, le football reste vivant » et Jorge est l'homme qui « le maintient en vie », un « faiseur de rêves ». Sa valeur principale ? « L’honnêteté. » Une brochure de 2015 vante l'ambiance « quasi familiale » régnant chez Gestifute dans l'accompagnement des « jeunes talents ». Comprenez : Mendes n'est pas seulement une machine à cash, il a aussi du cœur (mais vous le saviez). Et à travers son écurie, une force de frappe sur les réseaux sociaux : « Nous parlons directement à plus de 260 millions d'abonnés. » L'équivalent de plusieurs pays.

    Mais où s'arrêtera-t-il ? En 2011, il est monté d'un cran dans le foot business en se liant avec Peter Kenyon, ancien dirigeant de Manchester United (1997-2003) et de Chelsea (2004-2009). Les deux hommes ont fait connaissance en concluant l'arrivée de Ronaldo à MU, puis au travers de nombreux deals à Chelsea, où Kenyon œuvrait pour le propriétaire du club, l’oligarque russe Roman Abramovitch. « Nous sommes devenus associés sur quelques affaires, lâche Kenyon dans l'autobiographie de Mendes. C’est le seul agent avec qui je fais du business. »



    Comme l’a révélé le Guardian, Mendes et Kenyon ont monté à Jersey un fonds d’investissement baptisé Quality Football. L’objectif : convaincre des investisseurs de miser du cash pour acquérir des morceaux de footballeurs, par le biais de holdings immatriculées en Irlande. C'est ce qu’on appelle la tierce propriété (third party ownership ou TPO). Le principe : spéculer à la hausse sur la valeur des joueurs en espérant toucher le jackpot lors de leurs futurs transferts. Un système parfois comparé à de l’« esclavage moderne », que la FIFA a fini par interdire en mai 2015.

    Pas de quoi décourager Mendes, cet « exemple pour les nouvelles générations qui rêvent d'accomplir leur rêve en partant de zéro », dixit son livre. Il est né à Lisbonne le 7 janvier 1966 dans une famille modeste. Son papa est agent de sécurité, sa maman femme au foyer. À 13 ans, Jorge vend des chapeaux sur la plage pour améliorer l'ordinaire. Il a la tchatche. Supporteur du Benfica, « il avait toujours les meilleures cartes Panini », dit un ami. La légende commence là.

    À l’été 1988, il s'exile dans le nord du Portugal, à Viana, lance un vidéo-club, investit dans un fast-food, place des machines à sous dans des bars. Il joue en 3e division, à Lanheses, et touche des dividendes en négociant les panneaux de pub autour du terrain. Déjà le sens du business. Puis il ouvre un complexe touristique sur une plage, piscine-bar-discothèque. La boîte s'appelle Alfandega, Mendes s'occupe des relations publiques. Bientôt, les footballeurs se presseront dans cet endroit à la mode.

    À l’été 1996, il réalise son premier coup : le transfert au Deportivo La Corogne du gardien de Guimaraes, Nuno Espirito Santo. L'homme au nom d'Esprit Saint trouve que Mendes a alors « une tête de chanteur pop des années 80 ». Un article reproduit en titre une de ses citations : « Je me trompe rarement. » Mendes passe pour un prétentieux, cela le fâche.

    Il va désormais se méfier des médias et bâtir son œuvre dans l'ombre, autour d'une règle. Pour lui, le marché du foot « est comme le marché de l'art : chaque tableau a une valeur à chaque moment et pour chaque acteur », explique son neveu, Luis Correia, un diplômé en économie qui l'a rejoint en 1999 à Gestifute, sa société idéalement située place Bom Sucesso à Porto. « Du vidéo-club aux sommets du football », titrera un média en 2012, décrivant Mendes comme « un vendeur né » dont la méthode « pourrait être étudiée à Harvard » : « Il est sûr que des milliers de yuppies new-yorkais payeraient des sommes record pour suivre un master en business accéléré » avec lui.

    Sa réussite ne sera jamais aussi évidente que le 2 août 2015, lors de son mariage, à Porto. Que du beau monde au balcon : le mythique ex-manager de Manchester United, Alex Ferguson ; le milliardaire Roman Abramovich, propriétaire de Chelsea ; le patron du Real Madrid, Florentino Pérez ; l’attaquant du Real James Rodríguez… Et, bien sûr, Cristiano Ronaldo, qui, selon un site portugais, a offert aux heureux époux une île grecque. Pour les mariés, il y a aussi des roses blanches dans une boîte blanche gravée des initiales « S&J ». “S” pour Sandra, “J” pour Jorge. Le petit dernier de leur union s'appelle Jorge Mendes Junior. En toute simplicité.
     

Partager cette page