Le ministre espagnol du budget confirme les informations de «Football Leaks» et annonce des enquêtes

Discussion dans 'Football' démarrée par nino42, 5 Décembre 2016.

  1. nino42

    nino42 Fondateur Membre de l'équipe Administrateur

    Messages :
    9 371
    "J'aime" reçus :
    77
    Points de Trophée :
    48
    Le secrétaire d'État espagnol au budget a confirmé, samedi 3 décembre, les informations révélées par Mediapart dans le cadre de Football Leaks et a annoncé l'ouverture de nouvelles enquêtes.

    Le secrétaire d'État espagnol au budget, José Enrique Fernández de Moya, ne respecte rien. Il a annoncé samedi 3 décembre, juste avant le « classico » entre le FC-Barcelone et le Real Madrid, que le Trésor public réaliserait des « inspections opportunes » sur la situation fiscale de Cristiano Ronaldo, à savoir la dissimulation dans des paradis fiscaux de 150 millions d'euros de revenus, sur lesquels il n'a payé qu'une misère d'impôts : 4 % (lire ici notre enquête). Mais la star portugaise est un grand pro. Cette mauvaise nouvelle ainsi que le tumulte provoqué par les révélations de Football Leaks ne l'ont pas empêché de bien négocier le sommet du championnat: son équipe du Real Madrid a arraché un nul (1-1) qui lui assure un 33e match d'affilée sans défaite.

    Malgré ce bon résultat, l'attaquant portugais avait de quoi se faire du mouron en s'enduisant de gel capillaire après la douche. Car, deuxième embûche, le secrétaire d'État a confirmé l'authenticité des documents publiés par Mediapart et les autres titres européens membres de l'EIC (European investigative collaborations). « Les informations dont dispose le ministère du budget correspondent à celles qui ont été portées à notre connaissance par les médias », a déclaré José Enrique Fernandez de Moya à la radio Cadena Cope. Cette affirmation réduit à néant la défense des mis en cause qui seraient tentés de mettre en doute les documents Football Leaks analysés par le réseau de journalistes de l'EIC: il va falloir trouver d'autres arguments.

    Si le Trésor public espagnol, sans doute inspiré par le jeu du Real et du Barça, semble soudain porté sur l'offensive, c'est aussi qu'il est suspecté d'avoir fait bénéficier Ronaldo d'un régime de faveur. Il tente donc de redorer son blason. L’administration fiscale est un organisme « extrêmement professionnel », assure le secrétaire d'État, pour qui « il va de soi qu’elle va réaliser les inspections qu’elle estime opportunes », et que celles-ci seront menées « comme nous le faisons avec l’ensemble des Espagnols ». Sans passe-droit ni passement de jambe ?

    Voilà qui va donner des sueurs froides aux avocats de Ronaldo, lesquels ne passent pas un week-end de détente devant le foot à la télé, puisqu'ils défendent aussi deux autres mis en cause : José Mourinho (lire notre enquête ici) et l'agent de joueurs Jorge Mendes, considéré comme l'initiateur du système offshore utilisé par différents footballeurs (lire ici). Mais Mendes « n'est pas un conseiller fiscal et n'a jamais recommandé aux joueurs de structure pour les droits d'image », contestent ses avocats dans un communiqué publié samedi. Pour eux, le super-agent n'a aucune compétence en matière fiscale
     
    gringoman aime votre message.

Partager cette page